T O U S D E S A N G E S

T O U S    D E S    A N G E S

auto-interview 2014

L’auto interview-FÉVRIER 2014

DSCN9134gfd.jpg

 

-   Salut Didier, voici une 2ème auto interview ?

-   Et oui, le temps passe vite.

 

-   Si c'est pour nous dire ce genre de banalité je crois que....

-      OK, j'arrêtte ! Quelle est la question?

 

-   Nous voici en 2014, il semble que ce soit une année et un tournant pour toi ?

-      Effectivement, fin de formation si tout va bien, mais quel boulot... avec toutes les remises en questions que celà amène.

 

-      Comme quoi ?

-      Le fait de travailler dans le social pourrait paraître enrichissant et d'une éthique enviée, hors, je me rends compte que plus j'avance dans le social et spécialement en cette période de formation, et moins je suis dans du social. Je m'explique: disons qu'on s'attend avant d'arriver dans le social, à ce que les magnifiques personnes sur-qualifiées nous dirigeant appliquent l'éthique et les si grandes valeurs qu'ils nous vendent en nous engageant. On se rend tout simplement compte que ce n'est pas forcément le cas dans la pratique.

 

-      Tu ne vas quand-même pas pleurnicher ?

-      Bien sûr que non, ce serait mal me connaître. Mais là ou le bas blaisse et j'en finirai ici avec ce sujet sur lequel je te rappelle que c'est toi qui m'a lancé, nous tavaillons avec de l'humain si je peux m'exprimer ainsi, hors, dans une société de plus en plus friqué et friqueuse, il n'y aura bientôt plus de demie-mesure... 

 

-      Rgerettes-tu de t'être tant investit durant ces trois ans d'étude? Et à ton âge qui plus est ?

-      Merci de me le rappeler du con ! Non, aucun regret, je pense que toute expérience amène du bon. Que chaque expérimentation nous donne l'opportunité d'en apprendre quelque chose et d'évoluer dans le bon sens pour qui sait saisir cette opportunité !

 

-      Quel philosophe ! Tu prends plutôt la vie du bon côté ! Toujours autant positif alors ?

-       Toujours oui, et ce, malgré vents et marrées et surtout, malgré incohérences et circonstances...

-      Tu es magnifique !

-    Merci ça fait toujours du bien de se le dire...

-      ET à part çà, quelles news de la planète écriture ?

Pas grand chose pour le moment. Tu imagines bien que j'ai d'autres chats à fouetter avec un mémoire à finir, des dossiers à rendre et des emmerdes à résoudre !

 

-      Est-ce possible que Didier en ait ?

-      Comme tout le monde je te rassure mais tu es bien passé pour le savoir et on est pas là pour s’apitoyer!!! Demande-moi plutôt comment se sont passées mes nombreuses vacances ?

-     Comment se sont passées tes nombreuses vacances Didier ?

-   Divinement bien du con ! Et les tiennes ?

 

-    Ma foi plutôt divinement bien ?

-    C'est ce que je viens de dire ! Un petit plus pour le Colorado en octobre 2013. C'était grandiose, avec juste ce qu'il faut de western. Je pensais que c'était un peu exagéré dans les films ou gonflé, mais je vous l'affirme, les villages dans cette partie des USA sont vraiment comme on les voit dans les films. Les gens très sympa.

 

-  Je crois que Tenerife t'as également surpris ?

-      Oui, j'allais y venir si tu ne me coupais pas à chaque mot... Tenerife à été très surprenant. Je m'étais toujours dis que ça devait être comme la grande canaris, très touristique et tout et tout... Et ben non. Même si les bords de plage de la Playa de las America restent très touristiques, le pays et les paysages sont à couper le souffle. Sans parler des villes et des villages que j'ai vraiment trouvés beaux. Une perle dans l'Atlantique.

 

-      Des projets littéraires, des concours en vue, des manuscrits à nous présenter ?

-      J'aimerais beaucoup re-participer au concours de nouvelles de la ville de Castres avec une nouvelle que j'ai terminé juste maintenant.

 

-      N'est-ce pas du réchauffé ?

-      J'en peux rien c'est comme çà. Je me suis plu là-bas et il faut croire que le Sus-Ouest me va bien puisqu'il m'est arrivé plusieurs choses sympa dans le domaine littéraire.

 

-      Peut-être l'air  ?

-      Çà j'en doute. Mais lorsqu'on est accueilli aussi bien que je l'ai été, ça ne donne qu'une envie, c'est d'y retourner un jour.

 

-      Mais pour ça il faut gagner ou être dans les quatre lauréats ?

-      Et oui ! Nous verrons bien. C'est difficile de choisir un sujet en se disant que c'est ce même sujet qui séduira plutôt qu'un autre. J'en ai donc choisis un mais je ne sais pas si ça leur plaira. On verra bien. Sinon, je suis très impatient de terminer de retravailler l'histoire de ma petite sorcière albinos, avec les magnifiques dessins de Margot Ekoli. Peut-être l'auto-publierai-je, on verra ! Et enfin commencé mon épique histoire d'anges...Je me comprends !

 

-      Tu as bien vécu ton émission radio avec Daniel Fazan ?

-      Très bien ! Cette histoire est tout de même incroyable et vous voyez, vous tous, écrivaillons qui pensez que rien ne peut arriver, j'ai envoyé cette nouvelle incroyablement culottée en me disant que je n'avais pas forcément beaucoup de chance, mais vois-tu pas que mon audace m'a permis de rencontrer ce personnage et auteur, je le rappelle haut en couleur. Très belle expérience. Mais non, je te vois venir !!! Je n'ai ni choppé la grosse tête, ni même été plus célèbre. Juste un petit pas de plus dans mon lent parcours d'écrivain.

 

-      As-tu été surpris ou dérouté par une de ses questions ?

-      Pas par une de ses questions mais plutôt une de ses réactions. En effet, lorsqu'il m'a demandé si le fait d'avoir auto-publier deux livres n'était n'était pas moins valorisant et que je lui ai répondu que l'important c'était d'écrire et d'avoir du plaisir, il ne pouvait pas comprendre qu'on se satisfasse de çà. 

- A l'évidence, te faire publier par un éditeur est quand-même plus valorisant ?

- Bien sûr ! Je ne vais pas nier une chose aussi évidente, mais ce qui est intéressant ici c'est de remarquer à quel point ça peut semblé incroyable pour certaines personnes de voir d'autres personnes se contenter et d'être content de faire quelque chose, et non pas de le faire pour être vu. Je soulève sans doute ici une grande question, mais je pense que nous avons tous des valeurs différentes, et que c'est en premier lieu de ces mêmes valeurs que nous apprivoiserons ou non les personnes partageant les mêmes que nous. Je pense sincèrement que les amitiés se font mais pas seulement, il n'y a qu'à constater au travail, chacun de nous avons des atomes plus ou moins crochus avec certains et pas avec d'autres, pourquoi donc? Si vous y regardez d'un peu plus près et que vous observez le pourquoi du comment en rappelant les valeurs vous rapprochant de personnes plutôt que d'autres, vous verrez que nos relations dépendent avant tout, de ça pour qu'elles perdurent dans le temps...

- Plutôt intéressant comme approche !

- Merci ! Mais je peux te renvoyer l'ascenceur, je crois qu'on se comprends sur ce coups-là !

- En effet ! Je partage tes valeurs Didier!

- Encore heureux !

- Bon ! Bref ! Qu'est-ce qui t'entoure Didier en ce moment ?

- De la neige !

- Mais encore ?

- De la paperasse que je dois ranger sur mon bureau ! De magnifiques sapins enneigés et tien ! Des pinçons du Nord que je suis allé voir ce soir et qui sont incroyables en formation regroupée. La migration des oiseaux me fascine !

- Ah Bon ?

- Je trouve incroyable que l'on puisse faire autant de km sans boussole et avec autant de monde... Je pense que les petites guerres intestinales ne doivent pas trop avoir cours lors de ces trajets...

- Inintéressant ! Autre chose peut-être ?

- Je souhaite à tout le monde plein de bonnes choses pour cette année qui s'annonce !

- Merci Didier !

- Merci à toi Didier ! Et à bientôt !

DSCN8244.JPG

 

Ce qui m'entoure  en image :

IMG_6065.jpg

 

IMG_6071 - Version 2.jpg

 

SUISSE NIREMONT FEVRIER 2013 43.jpg

 

SUISSE NIREMONT FEVRIER 2013 210.jpg



09/02/2014
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 85 autres membres