T O U S D E S A N G E S

T O U S    D E S    A N G E S

CRITIQUE : MA MERE EST LE PLUS BEAU DES DRAGONS

cc74fb3c-f816-4894-a712-a90ed755135f-1.jpg

 

 
 
 
Intense, très bien écrit, bien sûr, et tragiquement vrai dans le constat. De plus, le sujet peut être traité à propos des pères ou même des enfants. Le constat est aussi tragique qu'il est irréfutable, car il est très vrai que les psychoses prennent bien souvent racine derrière les portes closes des familles. J'ai beaucoup aimé, merci. Marguerite ----- PS : page 11, dans la phrase : "Je les comblais toutes dès fois (des ne pas accentuer), tant j'étais affamé d'amour"
 
Publié sur mBS le 04 Août 2016

 
 
 
 
BRAVO tout simplement quelle monstrueuse souffrance derrière ces mots... Puissance d'évocation, souffle, tout y est.
 
Publié sur mBS  le 11 Août 2016
 
 
 
 
Excellent ! Impossible de savoir si cela tient plus de l'humour noir que de la folie furieuse, mais Dragonou nous invite à explorer sa personnalité sans fard, histoire de "justifier" le début et la fin tragique de cette nouvelle. J'ai adoré ce style concis et sans fioritures (mon préféré personnellement) qui amène là où il veut.
 
Publié sur mBS  le 31 Août 2016

 
 
 
Voilà une nouvelle qui coche toutes les cases… jusqu’à la chute (et c'est peu dire !). Bravo pour la concision et la force de vos mots.
 
Publié sur mBS  le 31 Août 2016
 
 
 
Longtemps que je n'avais pas fait un petit tour du côté de votre page, Didier, et je ne le regrette pas après la lecture de 3 de vos nouvelles. Intense, logique, implacable. Vous écrivez avec brio cette castration physique et mentale dont les issues potentielles, répondant à une pulsion consciente ou inconsciente, sont forcément dramatiques. Merci pour le partage. Michèle
 
Publié sur mBS le 21 Septembre 2016

 
 
 
Bonjour, je viens de lire - et même recopier - votre nouvelle de 13 pages qui (à mon format normal) n'en fait que 7... Quant à l'histoire même, au début, je restais sur sa faim et ne vous ai vu venir qu'à partir du moment où Barbie devient très intime avec le dragonou. De plus, je crois que j'ai connu le même genre de dragon qui se prénommait Margret, et qui était une mère pervers-narcissique. Mais celui-ci a la couenne robuste et est toujours en vie, malgré tous les mots et la rancoeur de sa fille qui elle, a préféré quitter ce monde. Amicalement.
 
Publié le 25 Janvier 2017
 
 
 
 
 
En effet, révélateur d'une personnalité trouble et plurielle... se constituant un monde capable de se substituer au réel au point de lui apporter jouissance et décadence.
Fort bien conté et attrayant !
 
 
Publié sur Facebook le 7 juin 2017
 
 
 
El Ghalmi
 
 
Merci pour cette fine et belle écriture qui décrit avec beaucoup d'humour cette mère qui au fond est un gentil dragon.Des mots d'une subtilité qui réveille les sens.
 
 
Publié sur blog4ever le 7 juin 2017

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer



05/06/2017
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 85 autres membres