T O U S D E S A N G E S

T O U S    D E S    A N G E S

CRITIQUES : Les Monstres sortent ?toujours des Placards !

b756ab71-852c-479b-832b-3168e4996426.jpg
 
 
@ didierleuenberger. Bien sûr, cela "ne sort pas de la famille"... André Gide avait écrit: "Familles, je vous hais!"... Vous en faites une belle démonstration, merci! Je ne puis que vous conseiller mon "Dîners de familles" ( ? - ! ). Cordialement. Boris Phillips.
 
Publié le 18 Juillet 2016
 
 
 
L'idée est excellente et l'écriture vive. Par contre, j'ai eu du mal à rentrer dans l'histoire car je peinais à différencier les personnages... Peut être que leurs façons de parler respectives et leurs émotions ne sont pas assez différenciées ? C'est le seul bémol. Je déteste la fin ! Pas parce qu'elle me semble mauvaise mais parce qu'elle me dérange profondément : j'aurais aimé que ces trois enfants éprouvent autre chose. C'est mon empathie qui parle là. Ce n'est pas plus mal : qu'un livre nous bouscule, cela peut être positif. Je mets quatre étoiles car je pense que cette nouvelle peut être améliorée encore et devenir sublime.
 
Publié le 18 Juillet 2016
 


Je vous crois volontiers empathique, ce qui explique la fin justement : elle est très humaine !
Quant à vos autres œuvres, je vais les découvrir peu à peu. Celle-ci m'en a donné envie. J'en ai déjà lu une autre.

 

Publié le 18 Juillet 2016
 
 
Que de monde ! Que de colère ! Que de souffrance ! Que de blessures, ouvertes, infectées... oserais-je dire purulentes ? Selon l'environnement, les départs ne se font pas toujours du pied le meilleur. Les genoux deviennent cagneux et la démarche, difficile à redresser. Parfois, la violence, à portée de main, au bout des lèvres, n'a d'autre issue que d'exploser pour se soulager et la haine de se vomir. La folie n'est jamais très loin dans vos textes, très bien écrits au demeurant. En filigrane, tapie derrière des situations à la fois drôles et pathétiques. De celles qui forcent le sourire pour cacher la gêne qu'elles suscitent. Vous savez déranger les consciences sans qu'elles ne s'en aperçoivent et, ce qui n'enlève rien, vous le faites avec art et amour du verbe ! J'aime comme vous écrivez. Bravo ! Cordialement.
 
Publié le 19 Juillet 2016
 
 


02/09/2016
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 85 autres membres