T O U S D E S A N G E S

T O U S    D E S    A N G E S

Délicieux et douloureux à la fois

Délicieux et douloureux à la fois

 

 

 

 

J’arrive aux portes du Rhin, mon regard tombe dans le sien et s’y noie, nos corps sont en émoi. Nous n’arrivons à contrôler nos pulsions qui ne demandent qu’à se lâcher. Nous nous lâchons et c’est bon. C’est délicieux. Délicieusement douloureux, car on a la bonne idée de me présenter son nouvel ami. Sa nouvelle relation. La surprise. On m’exhibe comme quelqu’un à qui on tient particulièrement, dont on lui a beaucoup parlé, à n’en pas douter. Nos regards se jaugent, la comparaison s’immisce naturellement. On en tire sa propre conclusion. On admire ou dénigre, mais on ne peut détourner les yeux.

 

La complicité qui nous unit se lit sur nos figures, à n’en pas douter. Le rouge qui mange le visage de cet homme plus âgé que nous ne trompe pas. Il m’en veut. Lui en veut. Il part en me bousculant après s’être arrêté net en face de nous deux et nous avoir demandé si nous avions baisé. On ment, mais je ne sais pas, je n’ai jamais su mentir. Il ne peut que le voir. Je sermonne mon ex. Je lui lance des reproches, et souligne l’indélicatesse de ce petit manège de collégienne.

 

J’ai envie de partir, mais il s’accroche à mon bras. Je cède, reste encore un peu, retourne dans son appartement, et lui fais l’amour avec rage. Je m’en veux d’être si faible. Si facile. En veux à ce sexe sans cesse en demande.

 

Je lui reproche son immaturité et lui rappelle combien ce qu’on vient de faire est cruel pour cet homme. Il ravale sa salive, les yeux brillants. Il m’apprend qu’il suit un psychiatre depuis plus de quatre ans pour m’oublier. Je suis surpris, mais pas vraiment. Je suis flatté, mais paniqué. Je me demande ce que je fais là. Dans ce grand lit à caresser sa peau. J’ai peur. Peur pour cet amour que j’aime. Que j’aime, oui et dont je ne souhaite que son bonheur. Que j’aime affectueusement, cela j’en suis certain au plus profond de moi même, même si je n’arrive à le lui dire. Il me semble avoir tout dit par mes actes…

 

La vérité est que je n’arrive toujours pas à dire un banal et tout petit : je t’aime. Mais je ne crois pas qu’il en va de même pour ce minois au regard questionneur. Je le soupçonne d’entretenir une étrange relation avec mon moi. Ce moi dont il s’éprit quelques années auparavant. Ce moi reflétant une image. Exhibant son être sans se soucier des retombés. Ce moi qu’il imagine plus qu’il ne connaît, je m’en rends compte. Qu’il idolâtre.

Tout le prouve. Et ceci ne fait qu’attester ce que je savais déjà. 

 

Je ne crois pas que ce soit bien qu’on fasse l’amour une nouvelle fois. Les souvenirs sont trop beaux, notre rencontre trop improbable et merveilleuse pour avoir des regrets. Que du bon temps, des moments forts… comment ne pas se mélanger lorsqu’on se revoit. Comment oublier. Même avec quelques années de plus. Même avec beaucoup moins de doutes.

 

Je décide d’arrêter à sa place. Définitivement. Nous ne nous verrons plus qu’en dehors de nos appartements. Pour manger un morceau ou boire un verre. Pour son bien. Pour ne pas devenir amère. J’ai trop côtoyé de gens paumés pour savoir où cela peut mener. Je ne veux pas qu’il lui arrive quoi que ce soit. Je ne veux pas l’abîmer.

 

Ma décision est sans appel. Et de constater qu’on m’a aimé aussi, parce que j’ai su aimer et donner, me rassure. Mon cœur n’est donc pas si aride que ça. Bien au contraire. Peut-être que je ne suivrai pas les pas de ce lointain maladroit qu’est mon père, en la matière. Peut-être.

 

Je commence à espérer plus sérieusement rencontrer ma moitié. Je me sens prêt. Me sens capable de la rendre heureuse. Je veux trouver cet être capable de me révéler. Je commence à comprendre qu’il n’y a que par le regard de l’autre qu’on y parvient.

 

Alors, c’est donc ça. Il faut se refléter dans les yeux de l’autre. Il faut s’y voir, à moins que ce ne soit eux qui nous y montrent. Qui nous révèle à nous-même.

 

J’ausculte plus intensément ces mirettes passant sous les miennes. Je cherche à déceler ce qu’elles promettent. Oh ! Ce n’est pas la grande révélation, mais c’est déjà un mieux dans ma recherche intérieure. Un bien mieux, car je crois possible ma faculté à aimer. Je m’en sens vraiment capable pour la première fois, même si je sais que j’ai un problème avec cette liberté ne semblant pas tout à fait compatible avec l’amour. Cette liberté que j’ai tant et tant souhaitée et que j’ai gagnée. Je ne veux, je ne peux m’en séparer, hors ce qu’on me demande bien souvent ne peut que l’abîmer et la brimer.

Et je sais d’où ça vient. Les frêles épaules de l’enfant que j’étais durent supporter une telle pression, que je ne pouvais que glisser dans un inconscient salvateur. Dans des mondes desquels je ne pus jamais rapporter le moindre souvenir, mais dont je sais qu’ils m’apportaient la quiétude. Mon salut.

Une telle pression, que je ne pus que fuir, pour ne pas mourir, oui, mourir, et je pèse mes mots aujourd'hui, car j’en comprends tout le sens. En mesure toute l’ampleur. Fuir. Fuir toujours pour ne jamais se laisser attraper. Ni par mes démons, ni même par l’amour, ou tout autre genre de coercition qui aurait pu exister sous une forme ou une autre. 

 

© 2013 - Didier Leuenberger -Tous droits réservés.




24/02/2013
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 85 autres membres