T O U S D E S A N G E S

T O U S    D E S    A N G E S

Grand Budapest Hotel

239820.jpg
De

082768.jpg

Avec , ,

080736.jpg

Le film retrace les aventures de Gustave H, l’homme aux clés d’or d’un célèbre hôtel européen de l’entre-deux-guerres et du garçon d’étage Zéro Moustafa, son allié le plus fidèle.

086049.jpg

La recherche d’un tableau volé, oeuvre inestimable datant de la Renaissance et un conflit autour d’un important héritage familial forment la trame de cette histoire au coeur de la vieille Europe en pleine mutation.

358826.jpg

Le palace rose bonbon qui sert à l'intrigue de The Grand Budapest Hotel n'est pas un décor monté de toutes pièces.

21055102_20131106102958541.jpg
Le lieu existe réellement et c'est le Görlitzer Warenhaus, un ancien grand magasin historique d'un centre commercial construit en 1912 à la frontière de l'Allemagne, la Pologne et la République Tchèque.

383812.jpg
Cet établissement qui a l'allure d'une maison de poupées emprunte son architecture à l'équivalent de l'Art Nouveau en Allemagne et s'étend sur une superficie de 10 000 mètres carrés où l'équipe du film a d'ailleurs installé ses bureaux et ses ateliers. 137574.jpg
A noter que c'est la première fois que Wes Anderson posait sa caméra en Allemagne.

381312.jpg
Wes Anderson
et le scénariste Hugo Guinness confient avoir un ami en commun qui leur a inspiré, par la singularité de son esprit, le personnage de Gustave, le concierge de l’hôtel. Le réalisateur a ensuite intégré cet homme hors du commun dans une station thermale du XXème siècle, située dans un pays européen fictif : Zubrowka.

141168.jpg
D'après lui, The Grand Budapest Hotel serait un melting pot "de comédies d’avant la censure des années 30, ainsi que les histoires et les mémoires de l’auteur viennois Stefan Zweig".

388813.jpg
Pour les comédies, il pense à Rendez-vous (1940), où l'intrigue se déroule à Budapest et à un des seuls films musicaux qu'il apprécie, Aimez-moi ce soir (1932).

392875.jpg
Pour la littérature, il cite "Eichmann in Jerusalem" d’Hannah Arendt et "Suite française" d’Irène Némirovsky.

 



02/03/2014
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 85 autres membres