T O U S D E S A N G E S

T O U S    D E S    A N G E S

L A M O R T

 

La mort

 

 

 

 

 

la Mort appelant le Maréchal Maurice de Saxe (1696-1750) au tombeau, Église Saint-Thomas, Strasbourg Work by Rama

 

 

La mort

 

Cette infâme faucheuse

Se manifestant

Le plus souvent

Lorsqu’on s'y attend le moins

 

Lorsqu'on avait enfin l'impression

De toucher au bonheur

De l'avoir attrapé en plein vol

 

Cela ne le rend que plus précieux, certes

Mais nous ampute d’un temps

Que l'on s'imagine acquis et inerte

 

La mort

 

Cette abominable créature

Pour certains peuples

Que l'on craint ici

Et que l'on vénère ailleurs

 

Un monstre venu nous reprendre

Ce qu'on pensait être un dû

Mais la vie est bien

Ce qui nous appartient le moins

Sur cette Terre

 

 

Quel dommage

Que nous n'en prenions pas plus conscience

Nous la savourerions

Sans doute tout autrement

La choierions comme il se doit

 

Cette faucheuse

 

Étant venue frapper si souvent à notre porte

Je pourrais presque la décrire

Il me semble même

L’avoir vue dans les bois

Alors que je courrais dans la forêt

Pour lui échapper

Fou alliée

Après que la violence

Se soit invitée

En notre foyer

Conviant la démence

 

Je jurerais quasiment

L’avoir aperçue un jour

Caresser le visage de maman

Et me défier pour toujours

D’un air imbu

Avant de s'engouffrer dans le plafond

Pour me laisser

Avec toutes les questions

Que l'on peut se poser

Jusqu’à perdre la raison

 

L'ai-je goûtée cette impudente

Cette démente

Qui viendra me chercher un jour

Le plus tard possible

J’espère, mais je l'attends

Et mieux vaut-il en être conscient

 

La vie ne s’en trouve que plus intense

Plus précieuse, plus rare et plus dense

 

 

© 2011 - Didier Leuenberger - Tous droits réservés

 



11/03/2011
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 85 autres membres