T O U S D E S A N G E S

T O U S    D E S    A N G E S

Laissez un Message, Dieu vous rappellera...

Laissez un Message, Dieu vous rappellera...

 

 

Voici un projet de roman qui est lancé, et dont je ne sais pas encore bien comment cela finira. Mais la trame est dans la tête, une idée de fin également. Reste à mettre sur le papier cette histoire originale. Surveillez bien donc le tintement de téléphone si vous avez une cave, il se pourait que ce soit Dieu ou ce qu'on croit être Dieu, qui vous lance un coup de fil.

 

 

 

 

Extrait du livre :

 

Evelyne Lebœuf n’avait rien d’une folle. Et pourtant, c’est ce qu’elle crut devenir lorsqu’un soir, allant chercher des pommes de terre à la cave, elle entendit un téléphone sonner. « Mais…. Ou est-ce que… » marmonna-t-elle, en sursautant à la deuxième sonnerie. Elle lâcha sa passoire contenant ses tubercules. Ces dernières roulèrent jusque devant une petite porte à laquelle elle n’avait jamais pris garde. Doucement, le cœur battant la chamade et claudiquant d’effroi, un courant venant s’ajouter à ce mystère, et plongeant ces bas sous-sols dans une étrange atmosphère. Elle respirait profondément. Ses frêles épaules tentant de rester dignes. La main tremblante et tendue devant elle, n’y voyant plus grand-chose, le timbre de la sonnerie se rapprochait de plus en plus. Au fur et à mesure qu’elle avançait. Arrivée sous l’embrasure de la porte, elle inspira une grande bouffée d’oxygène, retenue ce souffle comme si elle allait plonger dans un océan, agrippa la poignée de la porte, et poussa cette dernière en fermant les paupières, de peur, de se heurter à un dangereux psychopathe ou l’un de ses voyous habitant son immeuble et détériorant si souvent le matériel. Certains s’amusaient même, à faire peur aux vieilles dames, lorsqu’elles rentraient des courses et qu’ils trainaient en bande, devant la bâtisse. Evelyne se retrouva dans un minuscule local, à peine éclairé par une lampe d’appoint de couleur orangé. Elle sursauta devant l’appareil lorsqu’il retentit à nouveau, regarda tout autour d’elle, les murs pelant, le plafond latté d’un vieux bois, le sol recouvert de gravier, ce qui n’était pas fait pour lui rassurer le pas qu’elle avait hésitant, depuis qu’elle s’était cassé le fémur. Elle se mordit la lèvre inférieure, se retourna pour au moins ne pas être surprise, et devant l’insistance, posa ses doigts bosselés sur le combiné et le colla contre son oreille droite. « Allo ! » laissa-t-elle sortir de sa bouche. Un cliquetis retentit à l’autre bout du fil, suivit d’un long silence et d’un son aigu avant qu’une voix ne retentisse, semblant venir de nulle part, à moins que ce ne soit d’outre tombe : « Laissez un message, Dieu vous rappellera ».



29/08/2010
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 85 autres membres