T O U S D E S A N G E S

T O U S    D E S    A N G E S

Le Monde

     Le Monde

 

 

Comme des éclats d'obus, le monde m'explose en pleine figure. Mes sens sont sans cesse sollicités. Perpétuellement en émoi.  Tout ce que je vis est si fort, si grand. Si puissant, que même faire l'amour me paraît moins intense. Me paraît dérisoire face à tout ça.

En quittant ainsi tout ce qui pouvait m'appartenir, j'ai tout cassé. Tout ce qui fait de nous des citoyens. Des êtres humains tels qu'on les connaît dans la société. Sans doute crédule, je quitte l'Europe en nouveau-né vers des contrées merveilleuses. Des gens et des peuples extraordinaires.

 

Je commence à écrire, après de longs mois d'abstinence. Je prends du plaisir à relater mes aventures, mes rencontres, à dépeindre les paysages. La page blanche continue à être mon alliée. Main heureuse est celle qui tient un stylo. Elle extirpe des méandres de mon intérieur nombre d'émotions insoupçonnées. À tel point qu'il me semble chavirer bien souvent après m'être livré. Je ne ressens aucun besoin de courage comme il m’en fallut en avoir dans ma relation. Là, tout est plus facile. Comme les pièces d'un puzzle éparpillées, elles se mettent en place sans le moindre effort. Tout naturellement.

 

L'aventure me va comme un gant. Les sans lendemain encore mieux. Ne pas savoir où dormir, que manger, si nourriture il y a, ne m'est pas vraiment pénible. Les valeurs matérialistes, même si je ne fus jamais un consommateur effréné, tombent les unes après les autres comme de frêles remparts. Comme un jeu de cartes qui s'effondre, le monde tel que je l'ai connu succombe à l'instinct de survie. À la vie, simplement. Et ouvrir un robinet d'eau n'a plus du tout le même sens, suivant le pays dans lequel je me trouve, et pour autant qu'il y en ait un.

Pourtant, et malgré les aléas qui pourraient en déstabiliser plus d'un, je me sens vivre dans la difficulté. Me sens vivre pleinement. Me vois complètement exalté devant ce que la plupart des gens surnomment : l'inconnu. Alors que ça leur fait peur, moi, je trouve cela excitant et enthousiasmant. Palpitant. Cela me va à ravir, peut-être parce que je ne savais jamais vraiment de quoi allait se façonner le jour suivant, voir la minute suivante, étant enfant.

Peu importe… En ce moment, c'est être pleinement moi-même, qui compte. Et en possession de tous mes moyens. J'aime. J'aime sans compromis et sans détour, passionément et sans entrave. Sans la plus petite contrariété. Aucun reproche, aucune attente. Mon corps se fond dans la mer, dans le sable, la terre. J'en tremble de bonheur.

 

Je traverse les continents avant d'arriver sur le plus éloigné de tous, l'Australie. Le choc est imminent. L'odeur d'eucalyptus enivrante et le cri des kookaburras mélodieux à mes oreilles, alors qu'ils imitent le rire de l'homme d'un ralliement bruyant et strident. Le dépaysement est total. Je ne sais rien de la culture aborigène, mais je me rends compte, en apprenant chaque jour un peu d'eux, que mes convictions, ma façon de voir la vie et de vivre, n'est pas loin de la leur. Touché, je le suis, plus que la raison.

À nouveau des rencontres merveilleuses et des animaux surprenants. Les chauves-souris sont géantes et les lézards, des dinosaures pour l'Européen que je suis. Mais tout me va. Y compris les crocodiles et leur appétit vorace. Cela conforte ce que je savais déjà : la vie est extraordinaire.

 

Le ciel est plus splendide que jamais. Je n'ai de cesse de l'admirer. Les grands espaces m'enivrent. Toute cette place pour le petit d’homme que je suis. C'est déroutant, mais tellement beau. Les nuages, lorsqu'il y en a, me semblent pouvoir être touchés en levant le bras, simplement. Phénomène naturel des contours du pays le plus plat du monde.

 

La chaleur est éreintante, mais elle le sera bien plus encore en Asie… Là, le plus grand choc m'attend.

Je traverse les pays en parfait néophyte, mais le regard empli d'une lumière qu'on ne trouve que là. Les gens me touchent. Les gens m'ébranlent. Le bouddhisme épouse mes idées sans devenir bonze ou me convertir pour autant. Je veux rester libre. Libre dans la tête. Libre comme l'air et n’être redevable qu’à la terre. Comme je le suis à travers cette aventure. Comme je l'ai toujours été. Et c'est merveilleux. 

 

J'y côtoie des êtres sans préjugés ni a priori. Des gens plein d'innocence et avides de connaître les voyageurs. Même si certains sont timides, même si ce n'est pas dans leur culture, peu importe. La curiosité est de mise et plus forte que tout.


Il y en a qui n'ont jamais vu de poils aux jambes. Ils veulent toucher, comparer, ils rient, nous nous en amusons. C'est la magie du voyage. La magie des rencontres. Inexplicable par des mots, aussi ne tenterai-je pas, ici, de relater l'émotion vécue. Ce serait peine perdue. Il faut vivre de pareils moments et chacun les vit à sa manière. Les ressens différemment.

 

 



15/09/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 85 autres membres