T O U S D E S A N G E S

T O U S    D E S    A N G E S

LE PEUPLE DE LA LUNE ROUGE "LA GROTTE AUX PLUMES"

 

 

 

Le Peuple de la Lune Rouge "La Grotte aux Plumes" se veut une trilogie fantastique, ou les anges ne sont pas forcément les êtres doux et accueillants qu'ils n'y paraissent.

 

Une histoire en trois tomes qui va me donner bien du travail mais que je me réjouis de pouvoir investir. Une histoire ou Marion, l’héroïne devra trouver avec un complice ses origines et un terrible secret. Une course à la vie pour son compagnon de fortune, qui sera poursuivi par la ligue du peuple de la lune rouge, une lignée très ancienne dont personne ne connaît l’existence mais étant reliés à l’histoire des hommes depuis la nuit des temps.

Un voyage initiatique, pour Marion comme pour son ami ailé qui découvriront le monde fascinant de ce peuple oublié, prêt à reprendre sa place dans l’humanité quitte à la menacer.

 

 

 

Extrait du premier tome en phase de création:

 

1. La nuit de la lune rouge

 

Marion n’avait jamais vue pareille lune. Elle était teintée d’un orange étrange, presque rouge.

Si elle avait eu la chance de beaucoup voyager grâce à son père, donnant de nombreuses conférences à travers le monde, même en Afrique, dans des endroits de la savane les plus retirés, elle ne vit jamais pareil astre incandescent. S’en était presque troublant aussi, resta-t-elle un long moment derrière la fenêtre, avant de se décider.

 

C’était une belle soirée d’été, mais soudain, le temps changea sans crier gare. Un froid persistant sembla enrober les buissons devant la maison, et un vent se leva, faisant même voler la housse du bateau entreposé dans le jardin que son père avait mal fixée. Elle sourit, en repensant à toutes les maladresses dont elle fut témoin et se dit sans prétention, qu’il avait bien de la chance d’avoir une fille comme elle.

 

Elle sortit de la maison pour aller stabiliser la toile, et crut entendre des bruits au-dessus d’elle. Comme un froissement d’ailes de centaines d’oiseaux passant à quelques mètres seulement de sa tête. Elle sursauta, leva les yeux vers la cime des arbres, et crut apercevoir sans le moindre doute, les derniers spécimens d’un groupe de ce qui lui sembla être de bien gros volatiles. Jamais elle n’avait vue pareille envergure. Même les chauves-souris de Bornéo qu’elle avait pu approcher dans son enfance, étaient loin de pouvoir rivaliser avec ce qu’elle venait de voir.

 

Un courant transperça son t-shirt et fit voler sa mèche lui recouvrant d’habitude ses yeux émeraudes. Elle sautilla sur place pour se réchauffer, se dépêcha de fixer la bâche du bateau, contrôla qu’il soit bien arrimé au socle, et se dépêcha de rentrer à la maison, quelque peu déconcertée par ce qu’elle venait de vivre. Sans doute son imagination débordante lui jouant un nouveau tour. Il faut dire que son père fit toujours très fort, lorsqu’il s’agissait de lui raconter des histoires, petite, avant de s’endormir. Sans parler des rêves étranges qu’elle faisait depuis quelques mois. Des rêves intenses et lui semblant si réels.

Mais là, à dix-sept ans, si elle ne croyait plus aux fées et aux lutins, elle se permettait encore d’espérer comme elle l’espéra depuis toujours, une rencontre possible entre elle et l’un de ces personnages tout droit sortit d’un conte de Grimm.




15/05/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 85 autres membres