T O U S D E S A N G E S

T O U S    D E S    A N G E S

L’érosion du désir

f35b7f51-9114-4e31-b5fe-e6898b0de115-1.jpg

L’érosion du désir

 

Nous le croyions immuable, inébranlable et imprenable.
Un navire invincible fendant les vagues les plus hautes. Narguant les courants les plus impétueux et les plus vils.
Une forteresse à toute épreuve. Un bastion des plus solides. Et voilà que cette citadelle des miracles, ce délice des délices se voit malmené par cette érosion que nous n’aurions jamais pensée jadis, possible.


Et pourtant… Force est de constater que malgré nos combats, malgré nos batailles et notre loyauté, malgré nos mots beaux et notre fidélité, l’amour s’est transformé en affection. Nos regards déroutants se sont emplis de tendresse. La passion a fait place à la raison.


Nous pensions que ni le temps ni même la raison aurait pu entamer ce désir si puissant, et voilà que ce fortin invincible se voit égratigné par des vagues répétitives que nous n’aurions jamais soupçonné ou imaginé un obstacle à la durée.

Curieux manège de sentiments et demandes déroutantes, qui avant n’hésitait pas à coups de grands fracas d’imposer son assise. De mener le bal et nous, par le bout du nez.

Que va-t-il donc bien rester de nous ? De ce "nous" qui par ce même désir, à survécu à toutes ces tempêtes et sublimé tant de bonheurs.


Que va-t-il rester de nous, après que nos corps nous trahissent et nos regards implorent une dernière fois un peu de jeunesse.

Qu’a-t-il bien pu arriver à ce grand feu de joie, à ces flammes immenses réchauffant les cœurs et échauffant les esprits ? À ce sémaphore nous guidant dans la nuit et nous montrant le chemin ?


Nous n’avons su, nous n’avons pu attiser ce feu, il s’essouffle et cela nous arrange même, en certaines occasions, soyons francs. Sa déroute nous amène à une ère nouvelle où il faut revoir les exigences et les besoins. Les priorités et les attentes.

Oh ! Nous ne sommes point fâchés, le ciment qui nous permit d’arriver jusqu’ici est encore frais, semble-t-il, mais notre relation a pris une autre direction. Peut-être moins téméraires, moins aventureux, nous y avons gagné tout en sagesse.

Notre regard posé sur nos souvenirs, beaux, enluminés et colorés suffit à combler le vide que ce fuyard à su nous léguer. Et nous ne lui en voulons pas. Nous serions bien naïfs, de penser que la passion, cette sotte et absurde chimère liant la chair plus que l’esprit est téméraire et assez forte pour prétendre au trône de toutes les attentes. De toutes les espérances.

Loin de nous, l’idée qu’elle puisse perdurer aussi longtemps. Cette folle, cette insoumise n’a comme quêtes que les débuts improbables et les coups de foudre mémorables. Elle n’a d’yeux que pour ceux qui heureux, se croient à l’abri de tout et voyez…
Nous fûmes jadis, l’un de ces couples un peu fou. Investi d’une mission nous semblait-il, nous n’écoutions que ce désir donnant la main à cette démente. Cette passion dévorante aurait pu nous tuer, elle le fait, en bien des occasions ; ne se gêne pas de reprendre aussi sèchement qu’elle ne nous tombe dessus ce qui ne nous a jamais appartenu.

Alors quoi me direz-vous ? Que reste-t-il de ces années dont je parais si ému, de cette mélancolie accompagnant mes propos ?

 
Il nous reste tout çà. Tous ces mots beaux, ces actes et ces actions nous ayant rendus meilleur et permis de nous aimer. Tous ces souvenirs dégageant un coin de ciel bleu à chaque fois que les nuages se voient trop oppressants.
Et surtout, si l’érosion du désir nous laisse quelque peu d’amertume en bouche, il ne nous a pas lâchés aussi cruellement que ce que sait si bien faire la passion. Il nous a laissé l’envie, cette folle-dingue mesurée et posée, jalonnant le long de notre fin de parcours telle des bouées nous menant à bon port, des myriades d'éclats de vie.


Peut-être que tout ceci est d’une logique saisissante et désarmante, peut-être bien… Mais elle est le seul lien nous raccordant à ce rebelle nous ayant tant donnés. Tant apporté.

 

 

 artfichier_208776_7007500_201703075348776.png

 

© Tous droits réservés Didier Leuenberger. Respectez le travail de l’auteur. Respectez la créativité.

Page facebook ici :

https://www.facebook.com/TOUS- DES- Anges-183260761786500/

 

 

 

 

 


02/06/2017
2 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 85 autres membres