T O U S D E S A N G E S

T O U S    D E S    A N G E S

Les Pingres

Les Pingres

                                                        

         N’en déplaise au bienséant, il me faut parler ici d’un sujet qui fâche. D’un sujet non pas de plus en plus fréquent mais qui s’affiche il est vrai, bien plus facilement aujourd’hui qu’avant, n’hésitant pas à élever au rang de qualité la pingrerie et toutes les conséquences que cela implique….

Décortiquons donc ce mot magique, pour les radins de tous poils confondus. Et voyons surtout comment une vie de pingre peut être entravée et être influencée par ce vice.

Tout d’abord, dites-vous bien qu’un pingre ne va penser qu’à son porte-monnaie. Ceci en fait donc déjà un égocentrique hors pair et incurable.

Ensuite, le pingre ne va toujours avoir à l’esprit que les moyens d’être gagnant dans tout ce qu’il entreprendra. Par exemple : s’il veut inviter des amis ou des proches à manger, de préférence il le fera à la maison. Il n’hésitera pas à utiliser des produits périmés ou fortement réduits, et congèlera sans attendre les restes pour pouvoir les utiliser plus tard et économiser ainsi un repas.

Par ailleurs, tous ses choix, toutes ses décisions seront menés en premier lieu par le besoin maladif de dépenser le moins possible. Aussi, va-t-il trouver toutes sortes de stratégies lui permettant de rapiner quelques centimes ici et là. Comme n’acheter que le minimum dont il aura besoin et rien de plus. N’aller en vacances que lorsqu’il y a possibilité de loger gratuitement.

Le pingre est malheureusement un être ne sachant que rarement se faire plaisir. Et je ne parle pas ici d’un père de famille ou d’une mère, avec qui il est très pénible de vivre et pour qui chaque projet peut être une vraie bataille à mener pour qu’ils cèdent.

Le radin à nouveau s’évertuera à trouver un stratège pour ne pas éprouver la sensation de trop dépenser. Il pourra par exemple, attendre et se reposer sur une somme gagnée au casino, un chèque cadeau pour son anniversaire ou toutes autres rentrées bienfaitrices, pour s’offrir un nouvel appareil photo alors qu’il gagne bien assez pour se l’offrir durant toute l’année.

 

Les pingres souffrent du lâcher prise lorsqu’il s’agit d’échanger quelques pièces contre un bien, et encore plus lorsque cet argent leur sert à acquérir un bien futile. Il est aussi inconfortable pour eux d’acheter un bibelot que d’être assis sur le rebord d’une cuvette sertie d’épines de cactus. Le malaise que leur procure certains achats se voit un vrai problème et peut empiéter leur fonctionnement tout entier et leur pourrir des journées entières.

Les grippe-sous ne déboursent pas facilement leur portefeuille. Ils sont loin d’être le Lucky Luck de l’invite, lors de joutes ou de loisirs, et trouvent souvent le moyen de se faire convier plutôt que de passer à la caisse.

Leur manière d’être toute entière s’en voit chamboulée et imprégnée. Pour des gens sachant se faire plaisir, cela peut être choquant voir navrant, mais c’est une réalité que l’on ne pourra réfuter aussi proche sera le radin nous étant cher à notre coeur.

Les pingres sont envahit d’incohérences les plus invraisemblables et vivent quelque peu dans un autre monde que le nôtre. Ainsi pourront-ils avoir un discours vantant les produits BIO et dire n’acheter que çà pour le bien-être de la planète et le leur, mais leur réfrigérateur ne peut contenir qu’un seul de ces articles et être bourré de produits à la provenance douteuse mais au prix accueillant et indiscutable.

Ils prôneront de belles théories sur toutes sortes de façons de vivre permettant une vie meilleure sans ne jamais les appliquer.

Avoir pitié d’un pingre est la dernière chose à faire si l’on veut rester digne et surtout avec ses économies le plus longtemps possible, car tout radin averti sait manipuler bien malgré lui et user de stratèges ou notre compassion et notre pitié nous feront lâcher jusqu’au dernier centime afin de le rendre heureux.

Vous l’aurez compris, vivre avec un vrai pingre n’est pas de tout repos car même s’il n’en est pas conscient, le rapiat n’aura toujours qu’un seul but en tête. Tout le reste, y compris le bonheur des siens pourra passer en second voir bien plus en retrait, tant le côté Picsou les dévorera…



05/08/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 85 autres membres