T O U S D E S A N G E S

T O U S    D E S    A N G E S

NOUVELLE A DECOUVRIR : LES MONSTRES SORTENT TOUJOURS DES PLACARDS!

b756ab71-852c-479b-832b-3168e4996426.jpg

Le père enleva sa veste, s’assit dans le sofa deux places et attendit que son fils le rejoigne, après avoir passé un T-shirt.

- T’as l’air en forme !

- Pas encore mort, comme tu le vois ! s’exclama-t-il, en faisant allusion à son malaise cardiaque quelques semaines auparavant.

Il toussa et testa la souplesse du canapé avant de se lancer :

- Je... Je suis venu pour discuter ! lui fit-il, d’un ton solennel.

François eut presque envie d’éclater de rire nerveusement. Il alla se préparer un jus d’orange et vint s’asseoir sur un fauteuil, en face de son père, en ouvrant toutes grandes ses oreilles.

- C’est pas facile, hein ? demanda-t-il à son fils.

- Tout dépend de quel côté on se place !

- Je veux dire... On est... On est maladroit, les hommes !

- Bon, je t’écoute ! trancha François d’un air sévère et de plus en plus nerveux.

Son père ravala sa salive et commença un monologue incompréhensible, pour devenir de plus en plus clair. Lorsqu’il vint sur un sujet délicat, ou du moins scabreux aux oreilles de François, ce dernier devint irritable. Il se frotta à plusieurs reprises le menton et but ses vitamines en deux mouvements. Sentant son sang bouillonner à l’écoute de ces dires, il se leva, ayant besoin de faire quelques pas. Gilbert le suivit du regard, puis se remit en face du fauteuil vide en continuant son plaidoyer.

Lorsque François daigna enfin se manifester en protestant vigoureusement sur sa version de certains souvenirs, et tout spécialement sur la mort de son lapin nain « Rebel » que son père eut la très mauvaise idée de modifier quelque peu à son avantage, il eut de la peine à se contrôler. La colère le grignota comme une gangrène foudroyante sans qu’il ne puisse rien faire pour la maîtriser.

Il réalisa soudainement l’existence de son fer à repasser, posé sur la table. Il n’entendait plus son père, possédé par un démon, il n’y avait plus que cette envie de faire du mal, de frapper fort.

Il se dirigea derrière le sofa ou était assis son père, s’en empara doucement et l’éleva au-dessus de sa tête, des éclairs plein les yeux et les jambes toutes tremblotantes....

logo-1.png

 

SUITE A DÉGUSTER ICI : LES MONSTRES SORTENT TOUJOURS DES PLACARDS!



10/07/2016
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 85 autres membres