T O U S D E S A N G E S

T O U S    D E S    A N G E S

Publier ne change pas forcément les choses autour de nous... et c'est tant mieux.

                       

Certains pensent que lorsqu’on publie un livre, tout ou du moins, beaucoup de choses vont changer autour de nous. A commencer par le regard des autres. Mais il n’y aura de changement que ce que vous déclencherez chez les autres, et souvent ce n’est pas forcément ce que l’on espère ou espérait au fond de soi.

 

Dites-vous chers écrivaillons en herbe, que vous n’êtes ni plus ni moins qu’un humain, avec un tout petit plus en option vous rendant auteur. Une option, passant le plus souvent inaperçue pour la simple et bonne raison que fréquemment, l’on a pas forcément envie que les gens sachent que l’on écrit.

 

Mais quand même…. Lorsqu’on on a un livre dans les rayons ou sur le net, qu’est-ce que ça change dans notre entourage ?

Pas grand-chose à vrai dire. Ce qu’il faut bien que vous réalisiez, c’est qu’il n’y a plus guère de monde qui lit des livres. Je veux dire… qui lit en totale liberté et non sous la contrainte d’un maître d’école. De plus, très franchement, les gens qui nous entourent n’en ont pas forcément grand-chose à faire, de cette naissance, même s’ils émettent une certaine fierté sans l’avouer. Une jalousie pour certains.

Une certaine indifférence même, pourra vous surprendre, mais que cela ne vous décourage pas car ça ne veut pas dire qu’ils n’aiment pas votre passion autant que vous l’aimez. Mais il faut bien avouer que toutes les heures passées à composer cette nouvelle partition, aux côtés des acteurs de votre histoire, vous rend quelque peu étrange et enviable en même temps.

Même vos meilleurs amis, les plus proches, vous regarderont d’un drôle d’œil, lorsque vous aurez pondu votre chef d’œuvre, mais que cela n’entache en rien votre don, car ceci est en vous et nulle part ailleurs, dans ce monde et même ailleurs, vous n’échapperez au sirènes de l’inspiration vous titillant si souvent.

 

A moins de vendre 200 000 exemplaires ou d’avoir un contrat avec Spielberg, le monde ne s’arrêtera pas de tourner parce que vous avez griffonné un joli conte, et c’est tant mieux comme çà… Ceci dit, j’ai connu des auteurs qui pour leur premier roman ont eut la tête qui gonfle, qui gonfle, qui gonfle tellement, qu’ils n’ont sans doute pas pu dire si les gens autour d’eux avaient changé.

 

Restez simple, restez zen, écrire n’est rien d’autre qu’un trait de votre personnalité, qu’un prolongement de votre tout, n’étant jamais si vivant que lorsqu’il est sous l’emprise de l’inspiration… Une fragrance délicate ou râpeuse, adorant poser des questions et tenter d’y répondre.



16/10/2010
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 85 autres membres