T O U S D E S A N G E S

T O U S    D E S    A N G E S

URANUS

URANUS

 

 

               On m’a souvent demandé comment est-ce que je connaissais si bien les femmes, en référence au dernier roman « Les Anges peuvent attendre…. », et lorsque je leur dis que les hommes y sont très bien décris également, ils relèvent la chose avec intérêt mais reviennent sur les femmes. Bref !

 

Et moi qui pensais que la théorie de Mars et de Vénus était derrière nous, je me vois plongé en plein dedans et par ma faute qui plus est… N’est-ce pas cocasse comme situation…

 

Il est bien clair, que le sort des femmes et ce, à l’échelle mondiale, est tout de même moins à envier que celui des hommes. C’est vrai ça, à part la communauté des femmes girafes et de quelques ethnies matriarcales, je ne vois guère les atouts de naître femme dans ce bas monde. Aussi, me penchai-je bien plus sur le sort de ces lionnes brimées que sur ces lions solitaires et bourrus. Bref ! Une image quelque peu surfaite et n’étant plus vraiment d’actualité dans nos sociétés modernes, quoi que…. Les portes de Babel ne sont pas loin, un mélange de cultures ne peut qu’amener de belles choses, mais également et ne nous cachons pas la vérité, bien des différences et des mœurs à adapter.

 

S’il est vrai que j’arrive plutôt bien à rentrer dans la peau d’une femme, ce n’est pas parce que je me maquille et me travesti tous les soirs en me disant que j’en suis une, mais en plongeant sans détour, dans ces ventres de femmes ressentant tellement bien la vie et les émotions qui en découlent. Attention, je ne dis pas que les ours d’hommes ne ressentent et n’éprouvent aucune émotion. Je les connais bien aussi, et pas qu’un peu, et je peux dire sans trop égratigner les susceptibilités de chacune et de chacun, qu’il y a bien deux mondes différents et pourquoi vouloir étouffer les frontières et cacher ces beaux reliefs différenciant tant les sexes dits forts des sexes dits faibles ? C’est vrai ça, si Mars et Vénus est une très belle image pour décrire cela, je serais tenté de me dire que nous sommes sur Uranus, et qu’un monde ou il n’y aurait plus trop d’océans et de montagnes infranchissables entre les hommes et les femmes peut s’avérer être utopique…

Car ce qui rend justement beau, et les réactions à mes mots et ce que j’écris en est la preuve, c’est bien cela. Tous ces petits défauts des unes et des uns que nous fustigeons tant mais qui nous plaisent tellement en vérité.

Adoucir les collines est une chose, vouloir les aplanir en est une autre que mère nature ne laissera jamais faire, j’en suis presque certain. Mais qui suis-je pour affirmer cela ? Et qu’aurions-nous à gribouiller, nous les écrivaillions en herbes et autres consoeurs et confrères de plume ?

Pas grand chose en vérité, car ce qui rend si intéressant le fait d’écrire c’est justement ces différences et tout ce que cela implique.

J’imagine donc Uranus comme un endroit de paix et de tolérance, peaufinant ces différences sans ne jamais vouloir imposer son mode de vie ou ses traits. Un monde ou le bien et le mal y auront leur place, assurément, mais ou le respect de l’autre sera Roi.

Qui a dit que je n’épousais pas la philosophie  bisounours ????



25/06/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 85 autres membres