T O U S D E S A N G E S

T O U S         D E S          A N G E S

BRISER LA CHAIR

86e9afe2-4377-4be7-b8bf-7a4dc454e6b0_HDR1.jpeg

 

Texte fort et choc mis en ligne sur monBestSeller gratuitement. Ou lorsque la différence fait peur et le rejet peut prendre tout une vie pour se reconstruire.

 

Premières critiques :

 

Vous lire, @Didier Leuenberger, est toujours un plaisir du fait du ciselé de vos récits... Là, j'ai été saisi par le personnage et son besoin de violence dû au rejet de son humanité par ceux dont le "devoir naturel" aurait été de l'aimer et de le magnifier. Sa progression vers une fin volontairement choisie était inéluctable dès ce "cri primaire" qui l'a plongé dans l'univers de la non-acceptation ; aussi par l'accumulation maladroite de ses tentatives d'assumer ce que trop de gens "normaux" considèrent encore comme une déviance. Amicalement. Philippe.
Publié le 03 Juillet 2018
 
 
Un témoignage poignant. D'autant plus poignant si l'on est capable d'imaginer l'impact de ces tortures sur un jeune esprit, désespérément seul pour se construire. Zéro douceur, zéro amour, zéro réponse, seule l'image d'un homme handicapé du cœur qui le marginalise un peu plus à la découverte de sa tendance sexuelle, qui le regarde comme un monstre... Nous avons tous en mémoire ces phrases assassines que les adultes assènent sans en imaginer la portée. Elles sont souvent déterminantes dans l'affirmation de nous-mêmes, dans nos choix de vie. Arnaud, lui, est sauvé par un instinct qui lui fait opter pour la renaissance à l'amour et à la vie, mais combien cèdent à leur face obscure dans un esprit de vengeance ? C'est un massacre silencieux qui se déroule quotidiennement sous nos yeux. Cette nouvelle est un beau message d'espoir pour tous les Arnaud en souffrance. Merci de la partager ici. Amicalement. Michèle
Publié le 28 Juin 2018

 
@Didier Leuenberger "La souffrance des coups s'oublie, mais les paroles destructrices ne s'oublient jamais". La descente aux enfers d'Arnaud, le voleur de câlins et l'éternel incompris, est très difficile à lire, mais elle existe malheureusement. Dieu merci, les monstres n'engendrent pas forcément des monstres. Je le savais que cette lecture me bouleverserait, mais sachez Didier que votre conclusion m'a émue aux larmes. Amitié. Fanny
Publié le 25 Juin 2018

 

Résumé

« Sale petit pédé ! Je vais te montrer ce qu’on devrait leur faire à tous ! » s’emporta le père, en frappant encore, mais Arnaud saisit son pied, le renversa de ses dernières forces en lui tordant la cheville, hurla toute sa détresse en un cri déchirant la nuit et demandant « Pourquoi ? ». Il se rua sur le corps de son paternel et le saisit à la gorge de ses doigts puissants. S’il s’était laissé emporter par la colère, Arnaud lui aurait brisé les cervicales d’une seule pression, mais la lueur de la moto de son amoureux clandestin mit en exergue son ombre sur le mur ; le géant qu’il voyait serrant la gorge de ce diable n’était pas lui, assurément, et Arnaud ne voyait personne, à ce moment-là, capable de le lui faire prendre conscience.

 

À découvrir dans son intégralité ici : BRISER LA CHAIR

 

N'hésitez pas à réagir et commenter !

 

Bonne lecture !



04/07/2018
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 87 autres membres