T O U S D E S A N G E S

T O U S         D E S          A N G E S

Plus de 29000 lecteurs pour la nouvelle "Le pouvoir des femmes"

49d9b88b-182c-4f5e-aec8-9b4954aace06.jpg
Le seuil des 29000 lectures est dépassé pour cette nouvelle coquine tout en poésie. Merci à tous ceux qui ont fait que ce soit un succès. Et aux autres, n'hésitez pas à la commenter...

 

Ce sont les lecteurs qui en parlent le mieux...

 

Jean Babehinibè

 

@Didier j'ai beaucoup aimé ce récit. Tellement j'ai été transporté par la lecture je n'ai même pas vu venir la fin. J'aurais aimé continuer mais là c'est comme si mon rêve n'avait pas pris fin. Merci beaucoup pour ces lignes magiques qui nous font voyager gratuitement.

 

Fotini
 
Que c'est doux et bien écrit ce petit récit ! J'en veux plus. Didier, vous êtes un magicien.
 
 
Delphine LEJEUNE
 
Bonjour Didier. Je vous remercie pour ce roman érotique d'une grande douceur. C'est une très belle histoire. Delphine
 
 
Lys Jean-Luc
 
Cher @Didier Leuenberger, vraiment bien agréable à lire votre petit texte. Amicalement J2L
 
 
Kroussar
 
@Didier Leuenberger. Attiré par le commentaire élogieux de @Michel CANAL, j'ai découvert votre magnifique nouvelle. Un style agréable, une grande précision des mots. Bref, une nouvelle surprenante. Oui ! Le pouvoir des femmes est sans limite ! Provoquant la mort ou la résurrection, selon que son aura est lumineuse ou sombre. Merci, pour ce partage, et ce bon moment de lecture. PS: Le choix du genre érotique fut judicieux, il attire les curieux. Mais, votre nouvelle aurait dû être classée dans le genre "Hymne à la Femme", s'il avait existé...
 
Michel Canal
 
Cher @Didier Leuenberger, merci au groupe dont j’ai le plaisir d’être un administrateur de m’avoir dirigé sur cette nouvelle de 2017 dont le nombre de lectures m’éblouit. C’est toujours un plaisir de vous lire, et un court moment d’enchantement, même et y compris quand il devrait y avoir un peu de tristesse et de compassion compte tenu du sujet. Le miracle de l’écriture fait que ce soixantenaire atteint d’une maladie en principe incurable se voit offrir un moment de bonheur qui le ramène aux meilleurs moments de son apprentissage de la vie amoureuse. L’histoire ne le dit pas, mais on aimerait que ce traitement fût tellement efficace qu’il en guérît. Prolifique en matière de nouvelles dans un genre qui a été le mien sans avoir le choix, il faudra que je prenne le temps de parcourir votre oeuvre. Merci pour ce voyage en Ouzbékistan où votre talent fait voyager le lecteur. Michel.
 

 

 

Extrait :

 

Tandis qu’avec cette fille, cette parfaite inconnue, cette douce putain, j’avais l’impression de m’enfoncer dans la sphaigne
d’une forêt de fougères. De m’envoler dans la pièce, des centaines de papillons batifolant tout autour de nos corps enlacés. Je flottais comme dans un de ces tours d’illusionniste. J’étais au paradis, une douce musique chantant les louanges du plaisir charnel, soufflant des mots doux à mes oreilles. J’étais en train de revivre, de redevenir ce gamin de vingt ans plongeant dans les gros seins de sa bonne Portugaise. J’étais ce môme découvrant la magie d’une caresse, d’un toucher transformant en une inspiration le petit garçon qui est en nous en un reproducteur conquérant. C’était doux, suave et merveilleux. C’était un de ces moments que l’on souhaite.

 

À découvrir gratuitement ici : Le pouvoir des femmes

 



29/05/2020
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 105 autres membres